Libre en fête à Besançon

22 03 2009

Libre en fête, journée promut par l’APRIL (Association de Promotion et de Recherche en Informatique Libre) c’est déroulée… a Besançon grâce à l’association Sequanux.

Au programme: le logiciel libre et le « libre » en général. Comprenant les logiciels libres dont le système GNU/Linux, le projet de cartographie libre (OpenStreetMap), le projet de campus libre (EducOO.org), l’encyclopédie wikipédia ou les arts et licences libres par le biais des licences creative commons.

Il y avait une partie théorique, et une partie pratique grâce à deux principaux ateliers. Le premier était un atelier découverte des logiciels libres tout publique. Le deuxième était un atelier OpenStreetMap. Après avoir collecté des données sur la ville de Besançon avait leurs vélos, les participants se sont mis au clavier en fin d’après midi pour apporter leurs contributions au projet de carte mondial libre, sans but commercial. Aidé de cartes du cadastres, ils inscrivent routes, centres de tris ou monuments publiques divers. Bien sûr ce n’est pas l’IGN (Institut Géographique National) qui les aident, bien que leurs propres cartes soient la résultante de fonds publiques délivrés par le contribuable.

Encore une fois j’ai vu des personnes altruistes, n’ayant comme volonté que de donner leurs temps et capacités diverses disponibles pour servir l’humanité entière. Comme si malgré la difficulté et les efforts à fournir pour élaborer un projet de cartographie qui à terme servira pour des géolocaliseurs libres et libérés, des personnes trouvent la force nécessaire pour l’accomplir dans la joie.

En effet que de gaieté à fournir un effort volontaire quand l’on sait que l’essein humain profitera autant de son énergie que lui même à profiter de la leurs.

Certains pays ont bien sûr plus avancé le projet. Cela pour des raisons politiques, ils ont accès aux cartes cartographiés par les institut nationaux. De plus la communauté OpenStreetMap à débutée en 2004 au royaume uni, l’ont y trouve donc de nombreux contribuable au projet.

Pour une fois, ce sont les états-unis qui remporte la palme. Les cartes d’état étant en accès libre là-bas, il n’y a pas eut de problème pour avoir accès aux données et les réutilisées pour le projet final.

Les libristes vont ainsi laisser une nouvelle trace, cette fois-ci physique sur notre monde!

Concernant les licences artistiques libres, autre lieux de rencontre où je me suis retrouvé, la discussion à vite tournée sur la MAO (Musique Assistée par Ordinateur). Malheureusement, puisque les licences creative commons servent pour d’autres arts. Je pense qu’il s’agit là d’un tout petit problème de communication de la part de l’équipe organisatrice qui n’ayant décider de ne faire écouter que des sons libres à négliger beaucoup d’artistes.

Enfin, malgré un « manque de communication de l’événement » en paraphrasant un membre de Sequanux -association linux/libre de Franche-comté-, j’ai trouvé que ce fut intéressant et apparemment il eut assez de visite pour satisfaire l’équipe organisatrice.

Advertisements

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :