Libre

HADOPI - Le Net en France : black-out

Etant militant en faveur des logiciels libres, je me dois de rédiger cette partie. Mais au fait qu’est ce qu’un logiciel libre? Un logiciel (ou application, ou software) permet d’effectuer une tache. C’est par exemple des logiciels de traitement de texte, des navigateurs web, etc. En bref, sans eux, l’ existance de l’informatique serait vraiment compromise…

Le « roi » de ces logiciels est le système d’exploitation. Il fait le lien entre toutes les applications et les différents composants matériels (souris, clavier, moniteur (est-ce un gros mot?), etc). Ainsi il est considerer comme le chef d’orchestre de l’ordinateur. Monsieurs tout le monde ne connait en général que la série de Microsoft -anciennement MicroSoft- windows. Pardonnez moi d’avance d’employer parfois le terme abussif de Micro$hiotte windaube.

Après cette initiation à l’informatique (nous devrions ne pas aller plus loin), je vais partir du postulat initial que vous êtes des Candides. Ainsi je vais vous apprendre certaines réalité, puisque in fine, le monde du libre c’est églament un mode de vie où l’apprentissage et la réflexion sont plus ou moins constante.Savez vous que nous vivons dans une espèce de dictature du logiciel? Chez la plupart des distributeurs, lorsque vous achetter un ordinateur, vous l’achetter avec son système d’exploitation. Le problème, c’est que celui ci est payant et payé sans que vous vous en rendez compte (de 50 à 450€). Le fait que de nombreuses personnes aient ce système sur leurs ordinateurs ne garantie pas aux utilisateurs une aide facilité ni même des formats de fichier lisibles par tous. C’est le cas par exemple de Microsoft office word et de Microsoft works. Les deux logiciels permettent de traiter des textes. Les deux logiciels sont produit et éditer par la même firme. Et pourtant les fichiers produit pas l’un ne sont pas lisible par l’autre et réciproquement. Ce monde est également infesté de virus, de vers, de cheveaux de troies et autres bestioles néfaste pour l’ordinateur et votre béatitude. Ce sont également des systèmes où tout se passe dans le monde réel, physique, et ou les consommateurs sont considerer comme des ménagères sans grande possibilités d’épanouissment. Il faut s’accomoder de tas de logiciels sous boites cartonnées, répondant avant tout à des besoins inféodé par des companies voulant soumettre les usagés (antivirus, outils pour fragmenter sont disque dur, …). Enfin, bien qu’il ai beaucoup d’autres choses à dire, je pense avant tout que ces entreprises du passé mettent des oeillères à leurs consommateurs. Elle le font en embrigadant la population -et ce dès la maternelle- sur ces propres logiciels et sur le modèle de développement économique et d’inovation caduc des logiciels propriétaires.

Maintenant passons à l’essentiel: qu’est ce qu’un logiciel libre? Et pourquoi je pense que ce modèle est meilleur.

Pour simplifié (car il existe aussi de nombreuses licences…), un logiciel libre -ou logiciel open source-, et un logiciel répondant à un certains nombres de règles de bases. Ces règles permettent de sécuriser le travail de l’auteur, la pérennité de ce travail pour l’humanité, et, de rendre l’utilisateur libre -et heureux-. Les règles de bases ont été initié par la free software foundation et sont les suivantes:

liberté 0: la liberté d’éxécuter le programme, et ce quelque soit l’objectif de l’utilisation.

Liberté 1: La liberté d’étudier le code source du programme. Cela implique l’accès au code source du programme (sa recette de cuisine).

Liberté 2: La liberté de redistribuer des copies. Et bien sûr cela inclut la possibilité de vendre ces copies.

Liberté 3: La liberté d’améliorer le programme et de publier ces améliorations.

Dans le monde des logiciels propriétaire, les ménagères gardes jalousement leurs recettes de cuisine. Le problème c’est que lorsqu’il y a un problème, et bien elles sont dépendante d’une seul entreprise, et là, sa pue la dictature. De quel problème je parle? D’espionnage (La NSA et Microsoft avaientt émissés des back doors sur les systèmes windows), d’améliorations (la vibration est en option, donnez nous de l’argent et ont essayera d’y penser pour la prochaine versions qui vous sera facturer plus chère et avec encore quelques défauts jusqu’à la version suivante…),  de toutes sortes d’autres choses… C’est comme si le livre de recette de notre ménagère vérifiait ce qu’elle avait dans le frigo, et que son livre de cuisine lui donnait des publicité appropriés plutôt que des recettes. De plus, malgrés les transgressions pénales de cette entreprise, la ménagère ne pourrait pas améliorer sa recette. Et si elle parviendrait à le faire, elle serait trainée au tribunal et traitée de pirate.

Dans le monde des logiciels libres, l’esprit d’apprentissage et de découverte est encourager. Les recettes de cuisines passent d’une ménagère à l’autre en un rien de temps. Les recettes qui divergent donne naissance à deux produits savoureux. Cela ressemble un peu aux théories de l’évolution des espèces en biologie. L’inovation est le moteur du système. L’entreprise ne se situe plus dans quelques zone géographiques qui ressemble à des fermes à geek. L’entreprise est mondiale, chacun contribuant à l’édification de ce dont l’humanité entière unie dans un projet commun peut réaliser.

Souvent les logiciels libres sont gratuits, mais ce n’est pas toujours le cas. Et souvent les logiciels gratuits ne sont pas libres, ils ne respectent pas les règles énnoncés avant. La confusion provient du double sens anglais de « free » qui se traduit par « libre » et « gratuit« .

Le monument des logiciels libre est sans doute le système d’exploitation GNU/Linux (souvent énnoncé simplement Linux). La révolution accidentelle commença en 1991 lorsque Linus Torvalds, à l’université Helsinki, demanda des avis sur un système d’exploitation qui developpait (chaqu’un essaie de s’occuper comme il peut le week end!). La communauté du libre qui développait déjà des programmes annexe à eut enfin droit à son heure de gloire et son logiciel « maitre ».

Tux la mascotte du sytème d'exploitation portant le monde sur son dos comme atlas.

Pour revenir aux réponses des vérités apportés au debut de l’article:

« J’ai un système d’exploitation sur mon ordinateur quand je l’achette, et je troiuve ça chouette. Sinon je pourais rien faire avec, je ne pourrais pas utiliser la fonction god avec lubrificateur 2000…« . Je vous rappel que la vente lié comme par exemple ordinateur + système d’exploitation ou téléphone Iphone + forfait vaseline Orange est interdite en france d’après la l’article L122-1 du code de la consommation. De plus selon l’article L113-3 de ce même code: « Tout vendeur de produit ou tout prestataire de services doit, par voie de marquage, d’étiquetage, d’affichage ou par tout autre procédé approprié, informer le consommateur sur les prix, les limitations éventuelles de la responsabilité contractuelle et les conditions particulières de la vente« . Dans notre dictature, le prix du produit n’est pas affiché. Ainsi le client pense naïvement que son produit fait partie intégrante du produit acheté. Cette formule est appelé le racketiciel, néologisme entre racketter et logiciel. Vous pouvez me dire que tout seul vous ne pourriez pas vous débrouiller, et que c’est un bien que le système d’exploitation est déjà installé sur l’ordinateur. Mais j’aspire à un niveau supérieur, celui du bien de la société et de l’état. Pensez aux économies que cela rapporterais à l’état de dépenser moins en logiciels malsains et désuets. De plus, il existe des alternatives très sympatiques. Si vous ne savez pas dans quel cas linux est meilleur, et dans quel cas il est pas terrible (souvent à cause de politique arquaiques anticoncurrenciels), aller sur le site Why Linux is better (français).

Le fait que des logiciels produisent des fichiers qui ont un format compatible et utilisable par d’autre logiciel se nomme l’interopérabilité. Une fois encore, puisque les gens ont accès au code source des programme, avec les logiciels libres, ces formats posent moins de problèmes. Les formats libres sont de plus en plus encouragés par les états et les organisations car ils ont une vocation supérieur et sont moins suject aux aléas des gai-guerre entre des entreprises voulant imposer une soit disant norme pour essayer de survivre de façon patétique et méprisante.

Pour le reste j’y reviendrais dans les autres articles… car il y a beaucoup à écrire et à méditer sur les questions du libre. De plus elles rejoigne souvent l’esprit de l’éducation et de la philosophie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :