Téléchargement légal et payant sur internet : enquête exclusive

8 03 2010

C’est un état de fait : l’achat physique de CD physique se tarie. Cela choc certaines personnes et entités commerciales. Pourtant qui écoute encore des cd? Le numérique se répand partout aujourd’hui : baladeurs (pour ne pas dire Ipod), autoradio, domotique et consorts. Il est donc normal que la vente de CD diminue. Les majors font de plus en plus de pression sur les gouvernements pour qu’ils les aident à maintenir leurs monopoles sur le marché de la culture de masse. Ainsi les entités politiques engendrent de plus en plus de lois protectionnistes et liberticides. Ces lois et pactes promulguées par les états portent des noms comme Hadopi, Dadvsi, Loppsi, Mickey mouse act ou ACTA. Pour prouver leurs bonne foi aux yeux du monde, les majors essais de développer de plus en plus les offres légales de téléchargements. Mais qu’en est il dans la réalité ? C’est à cette question que je vais essayer de répondre.

D’après une étude par le NPD Group, entre 2007 et 2009, 24 millions d’acheteurs de CD ont disparu aux états unis. Apple dépasse les 10 milliard de morceaux téléchargés sur sont store en ligne, mais de nombreuses études ou articles constatent qu’ils ont des difficultés à faire développer les offres légales payantes.  Alors pourquoi ? D’après les majors et les politiques, il est clair qu’ils accusent toujours les vilains pirates, incarnés à travers Mr et Mme Michou qui ont prit l’habitude de ne pas payer pour leurs produits. Mais est ce la seule raison ?

Mon étude se portera sur les offres provenant de la Fnac, Amazon, Virgin, l’itunes store et TF1. TF1 est mis de coté il sera surtout utiliser pour étudier le prix des films en téléchargement payant et légal. Pour les autres fournisseurs, le prix sont souvent  entre 8 et 10 euros pour un album récent avec un prix moyen compris entre 9,9 et 9,99 euros. C’est certes moins cher que les supports physiques vendus entre 15 et 20 euros. Je me concentre désormais sur un album en particulier vendus sur les e-commerces étudiés : Muse – The resistance.

Sur le site de la fnac l’album est téléchargeable pour la somme de 9,99 euros. Acheter le CD sur le site en question revient à 17,99 euros. Soit une économie de l’ordre de 45 %. Alléchant ? Le site marchand nous propose pourtant un lien vers un autre site marchand, proposant lui le même CD pour la somme de 11,25 euros. L’économie du téléchargement ne revient donc plus que à 10%.

Sur le site amazon.fr l’album est lui aussi vendu au prix de 9,99 euros lors d’un téléchargement. Ils vendent la chanson à l’unité au prix de 0,99 euros.  L’album de Muse comporte 11 chansons. Soit si je décide d’acheter séparément toutes les musique je m’en sort au prix de 10,89 euros. Quelle économie entre acheter l’album complet ou les titre séparément ! Pourquoi ne pas pousser l’achat de l’album complet en provoquant une baisse alléchante de son prix par rapports au morceaux séparés (ou comme Apple qui augmente le prix à l’unité) ? Amazon ne nous le dit pas. Étudions désormais le prix du CD physique : le site nous propose l’album à 13,31 euros, ainsi que des liens vers  des CD neufs  ou d’occasions pour des sommes respectives de 7,49 et 6,72 euros. Soit le prix du support physique inférieure à celui du numérique. Une absurdité sans nom lorsque l’on connais les lois de Moore étendu au prix du stockage numérique.  Cette loi stipule d’un point de vue économique que plus on avance dans le temps et plus la prix de stockage numérique diminue. Ainsi pour Amazon par exemple, plus le temps passe et moins il est cher pour elle de stocker de la musique et de la distribuer. Quand le temps tend vers l’infinie, le prix de stockage tend vers zéro. Alors pourquoi vendre plus cher un format numérique qu’un vulgaire CD ? Amazon ne nous livre toujours pas ces secrets.

Histoire de nous démontrer encore une fois la beauté de la libre concurrence et le modèle de l’entente sur les prix, je vous laisse imaginer le prix du support numérique sur le site de VirginMega… Eh oui, 9,99 euros pour l’album entier, 0,99 euros pour la chanson à l’unité. Virgin ne font pas de lien vers l’album en format CD. Je recherche sur le site ViginMega store, recherche un moteur de recherche et ne trouve rien mis à part un lien vers les Magasins vers chez moi. Alors impossible de trouver le prix de l’album en support CD. Nul doute que nous aurions aussi eut des surprises.

Sur l’apple store, l’album disponible également que en version numérique a un coût de 9,99 euros (histoire de changer). Le prix à l’unité est par contre différents. Compter 1,29 euros. Plus cher à l’unité que ces concurrents, Apple est tout de fois plus cohérent, car il vaut mieux télécharger l’album complet que 8 titres sur 11. Pour les autres il valait mieux acheter 10 titres que 11, nous réalisions des économies. 😉

Au niveau des films? TF1 et Virgin propose des films récents pour la somme de 4,99 euros, 48 pour les voir, après on doit repasser à la caisse. Je paie 2,9 à 3 euros ma location au vidéo club en pouvant ripper le film, vais je le télécharger sur ces plateformes ?

Cette micro étude marche à presque tout les coups à ce jour. De plus c’est sans compter sur les formats qui peuvent engendrer des incompatibilités matériels, les DRM et compagnie qui limitent à la fois les logiciels de lectures ou le nombre de fois ou l’on peut visionner ou copier le fichier. Heureusement, certaines plateformes propose de télécharger sans DRM, mais quand on voit les offres actuel en téléchargement légal et payant n’est il pas normal que la population ne s’y précipite pas ? Certains politiques et les lobby de l’industrie culturel de masse crient au scandale et au vol, mais qui est ce qui pille le plus dans cette affaire ? Personnellement, ça me dégoute, et je continuerai à rester dans l’illégalité ou boycotter ces marchés tant qu’ils ne ferrons pas un effort substantiel dans leurs politiques commerciales.

Publicités




Copier facilement n’importe qu’elle vidéo du web qui est en Flash…

16 02 2010

Les vidéos Flash sont partout sur le net actuellement, que ce soit par YouTube, DailyMotion ou compagnie… Alors que ce format va surement devenir obsolète à l’avenir et que un combat de futur format vidéo ce profil, il a encore de bons jours devant lui. Alors comment sous Linux ou MacOS récupéré ces fichiers sous son disque dur dans un format correct.

Ces vidéos sont chargées dans le dossier des fichiers temporaires : /tmp. Nous allons les convertir en Flash puis les mettre dans le dossier désiré.

Pour la conversion commencer par la commande :

ffmpeg -i /tmp/FlashXXXXX /tmp/FlashXXXXX.avi (ou XXXXX est le code présent dans le répertoire, commencer par écrire Fla puis sur la touche « tab » pour voir apparaître la fin du fichier).

ensuite écrire la commande suivante pour déplacer cette vidéo dans le dossier d’intérêt (ex : ~/Videos/) :

mv /tmp/FlashXXXXX /dossier-destination/





Google nexus one vs Apple iphone 3GS

11 02 2010

L’ Iphone domine le marché es smartphones mais un concurrent pointe le bout de son nez. Il s’agit du Google Nexus One.

Au niveau matériel le Nexus One possède :

  • Dimensions : 119 x 59,8 11,5 mm
  • Poids : 130 grammes
  • OS : Android 2.1 (Eclair)
  • Ecran AMOLED 3,7 pouces WVGA (fonctionnalités multipoint non implémentées)
  • Processeur Qualcomm QSD 8250 1 GHz
  • Mémoire : 512 Mo de Flash, 512 Mo de RAM, emplacement Micro SD (carte 4 Go fournie, extensible à 32 Go)
  • APN 5 megapixels avec geotag, LED Flash et enregistrement de vidéos 720×480 pixels à 20 img/s
  • Réseaux : quadribande GSM, EDGE, bibande 3G, HSDPA, HSUPA (7,2 mbps)
  • Wi-Fi (802.11b/g/n) et Bluetooth 2.1 stéréo + EDR
  • A-GPS
  • Boussole numérique, accéléromètre
  • Batterie de 1400 mAH pour une autonomie de 7 heures en mode vidéo, 20 heures en mode audio, 5 heures en surf 3G, 6,5 heures en surf WiFi, 7 heures en conversation 3G ou enfin 250 heures en veille

Ainsi le Google Nexus One possède des caractéristiques supérieurs à l’ Iphone hormis pour la mémoire interne (32 Go pour Apple) et pour l’ autonomie en veille, mais cela est du aux performances du Nexus One. En effet au niveau du processeur et de la mémoire vive le Nexus One est très supérieur à l’Iphone (respectivement 600 Mhz et 256 Mo). L’écran du Nexus one est plus grand et possède une meilleur résolution puisque le smart phone de Apple a une taille de 3,5 pouces pour 640 x 480 de résolution. Enfin l’appareil photo embarqué du Google phone est meilleur que celui de l’Iphone. Sa résolution est de 5 megapixels (3 pour le Iphone) et il possède un zoom optique de 2X ainsi qu’un système d’éclairage. Le Nexus one possède également un système innovant anti bruit parasite. En gros deux micro sont sur le téléphone, un  vers la bouche l’autre derrière le téléphone. Ensuite le signal parasite derrière l’appareil est soustrait du signal proche de la bouche.

Au niveau logiciel, nativement le Nexus One ne possède pas le multitouch (pour zoomer par exemple) et l’édition des vidéos. Mais cela peut être apporté grâce à des applications. En parlant d’applications, l’Iphone fonctionne avec le Apple store, le Nexus One avec le Android market. A ce jours ils possèdent respectivement environ 100 000 et 20 000 applications. Mais la politique d’ouverture de Google sur sont marché, puisque tout le monde peut y porter ces applications, fait de lui un marché qui va surement croitre plus rapidement.  Par exemple Apple refuse les navigateur web concurrent au leur : Safari. Ainsi l’Iphone ne verra jamais Fennec (Le « Firefox » des téléphones). A ce jours les applications  sous Android sont plus diversifiés. Enfin le Nexus One est multitâche contrairement à l’Iphone, c’est à dire que l’on peut utiliser diverses applications en même temps.

Mis à part la mémoire morte, qui peut être étendue à 32 Go pour le Google Nexus One le smartphone de la firme de mountain view (associé à HTC) possède des caractéristiques bien supérieures à l’Iphone.  La politique d’ouverture de l’androi market ainsi que le système d’exploitation basé sous Linux du Nexus One font de ce dernier un concurrent très solide à l’Iphone. Y a pas photo mon choix se porte sur le Nexus One ! Il est pas encore disponible en France mais des sites comme PhoneAndPhone.com ou MeilleurMobile.com permettent son importation avec des opérateur français (prix entre 200 et 550 euros en fonction des abonnements ou non).





L’Ipad : L’ordinateur le plus verouillé de l’histoire ?

2 02 2010

Encore une fois Apple sort un nouveau produit et se sont des « Oh! », « Wha! », « Splendide! » qui s’expriment. Mais n’oublions pas que Apple développe actuellement les systèmes qui sont peut être les plus verrouillés au monde. Ipad, Iphone, Itouch et compagnie; toujours le même combat, si nous voulons installer des applications il faut passer par l’Apple Store. Pour que la désirée application si trouve, il faut qu’elle soit validé par Apple. De quoi choquer quand même ! Imaginez que demain vous allé acheter une voiture et que l’on vous oblige à faire le plein chez Total…

Brandon Watson ironise le phénomène : « C’est quand même un monde très drôle que celui où Microsoft est plus ouvert qu’Apple ». Pour la Free Software Foundation (FSF) : « IPad is IBad for freedom » (« L’IPad et IMauvais pour nos libertés »). La FSF est remontée, pour elle : « s’est la première fois dans l’histoire de l’informqtiaue qu’un PC requiert l’autorisation du fabricant pour installer tout nouveau programme ».

Apple se défend… Pour eux il ne s’agit pas d’obliger les gens à passer par l’Apple Store et ainsi à la caisse Apple à chaque installation (ou presque), pour eux cela permet de garantir la sécurité du système en contrôlant toutes les applications du store. Cela me rappel le big brother state et la partie sur l’informatique de confiance.

Au lieu de faire des « Oh! », « Wha! », « Splendide! »; prenons conscience que nos libertés sont bafouées délibérément par certaines entités ! Celui qui échange la liberté contre la sécurité ne mérite ni l’un ni l’autre et perdra les deux.





Mozilla veut du libre comme format vidéo pour le HTML 5

26 01 2010

Le HTML 5 se profil à l’horizon, parmi les nouveauté attendu, la plus polémique se porte sur le format que lirons les balises <video> qui permettrons de lire de la vidéo sur le web en ce passant de Flash. En effet cette technologie use beaucoup trop de ressources (CPU et bande passante).

Jusqu’ici, pas de problème il ne s’agit que d’une évolution du réseau internet. Le problème vient, comme souvent, lorsque les concurrents en place chérissent chacune une technologie différente. Ainsi le système de codec breveté et propriétaire H.264 sera prochainement utiliser par des sites comme Vimeo ou YouTube. Il est soutenu par Microsoft, Apple et Google. Pour les deux premiers cela est dû au fait que ils possèdent des brevets associés à la technologie H.264, et donc qu’ils empocherons des royalties. Pour Google, on peut facilement imaginé que malgré une licence de 5 millions de dollars à l’année, ils n’auront pas de soucis avec leurs banquiers.

La fondation Mozilla, éditrice de Firefox, préconise quand à elle un format libre : le Ogg.Theora. Ce format est libre est plus en accord avec les licences GPL et LGPL du navigateur. Ainsi à ce jours ils ne souhaitent pas implémenter le codec dans leur logiciel (même sous forme de plug in). Comme le dit Mike Shaver de chez Mozilla :  » cela signifie que dans certains pays, il est illégal de l’utiliser sans payer des royalties à MPEG-LA « . La fondation rappelle que le web est indéniablement meilleur depuis que Mozilla est entré sur le marché,  » et cela nous aurait été impossible s’il avait fallu payer des droits de plusieurs millions de dollars pour utiliser le HTML, CSS et JavaScript « . Opera prend la même position que Firefox sur cette question, et soutient le Ogg Theora.

Ainsi à l’heure actuel c’est le combat des navigateurs IE, Safari et Chrome contre Firefox et Opera qui se desine. Nul doute que d’autres belligérants viendrons s’installer dans la partie (comme par exemple Epiphany ou Konqueror).

Quoi qu’il en soit en juillet 2009, le W3C a renoncer à désigner des standards audio et vidéo en raison d’un désaccord entre les éditeurs de navigateurs. Par conséquent, il a décidé de supprimer des spécifications du HTML 5, les clauses portant sur les codecs standards pour les navigateurs. Nul doute que c’est un pas en avant vers la perte des normes internet au profit des « standards » qui ne permettrons qu’à une poignée de se faire une place futur sur le Web. Cela me rappel l’histoire des autres médias… Puisse-t-elle finir moins tristement.





Cette fois c’est Apple qui aide à censurer les chinois

4 01 2010

L’empire du milieu a exigé d’Apple de retirer de son Apple Store des application que le parti juge subversives. Ce sont des applications qui se rapportait au chef spirituel tibetain. La firme de Cupertino a accepté le deal afin de continuer à vendre ces produits en Chine. Selon un porte-parole d’Apple, l’entreprise ne fait que « respecter les lois locales » du pays où elle se développe. « Certaines applications ne sont donc pas disponibles dans tous les pays« .

Sans vouloir à la fois plagier le président du SNEP Christophe Lameignère (et PDG de Sony Music) critiquant les anti-Hadopi, et franchir par la même occasion le point de non retour de la loi de Godwin; nul doute, Apple aurait vendu du beurre aux Allemands durant l’holocauste.

Bon certains dirons que ce ne sont pas les seuls, Google aussi a déjà été sommé de mieux censurer son moteur de recherche par les chinois. Je ne trouve pas que ce soit une raison nécessaire et suffisante.





Microsoft à décidément toujours un train de retard !

14 12 2009

Le site neowin.net vient d’apporter la nouvelle. Il s’agit de la sortie prochaine de Windows Live messenger 2010. Au programme des innovations d’après la firme de Redmond : navigation par onglet et intégration de tchat avec certains réseaux sociaux (Facebook, MySpace, Twitter).

Nul doute que pour Microsoft il s’agit d’une innovation. Mais que neni, depuis longtemps d’autres proposent ces services. Je cite par exemple Pidgin. Lui est au moins multi-plateforme (Windows, MacOS, Linux, Solaris, FreeBSD, …), et vraiment multiprotocole (hotmail, jabber (google talk), IRC, Yahoo, AIM, …). Avec ajout de plugins, il peut aussi utiliser divers services de réseaux sociaux (Twitter, MySpace, Skype, Facebook, …). Enfin il utilise aussi une communication par onglet.

Comme toujours Microsoft va réussir à faire croire à ces consommateurs que ce sont des services innovants, alors que l’innovation ne venait pas de chez eux. Enfin, il est toujours bon de noter que ce Windows Live Messenger 10 sera toujours pas compatible avec certains protocoles concurrents (Google talk et Yahoo pour ne citer qu’eux).