Téléchargement légal et payant sur internet : enquête exclusive

8 03 2010

C’est un état de fait : l’achat physique de CD physique se tarie. Cela choc certaines personnes et entités commerciales. Pourtant qui écoute encore des cd? Le numérique se répand partout aujourd’hui : baladeurs (pour ne pas dire Ipod), autoradio, domotique et consorts. Il est donc normal que la vente de CD diminue. Les majors font de plus en plus de pression sur les gouvernements pour qu’ils les aident à maintenir leurs monopoles sur le marché de la culture de masse. Ainsi les entités politiques engendrent de plus en plus de lois protectionnistes et liberticides. Ces lois et pactes promulguées par les états portent des noms comme Hadopi, Dadvsi, Loppsi, Mickey mouse act ou ACTA. Pour prouver leurs bonne foi aux yeux du monde, les majors essais de développer de plus en plus les offres légales de téléchargements. Mais qu’en est il dans la réalité ? C’est à cette question que je vais essayer de répondre.

D’après une étude par le NPD Group, entre 2007 et 2009, 24 millions d’acheteurs de CD ont disparu aux états unis. Apple dépasse les 10 milliard de morceaux téléchargés sur sont store en ligne, mais de nombreuses études ou articles constatent qu’ils ont des difficultés à faire développer les offres légales payantes.  Alors pourquoi ? D’après les majors et les politiques, il est clair qu’ils accusent toujours les vilains pirates, incarnés à travers Mr et Mme Michou qui ont prit l’habitude de ne pas payer pour leurs produits. Mais est ce la seule raison ?

Mon étude se portera sur les offres provenant de la Fnac, Amazon, Virgin, l’itunes store et TF1. TF1 est mis de coté il sera surtout utiliser pour étudier le prix des films en téléchargement payant et légal. Pour les autres fournisseurs, le prix sont souvent  entre 8 et 10 euros pour un album récent avec un prix moyen compris entre 9,9 et 9,99 euros. C’est certes moins cher que les supports physiques vendus entre 15 et 20 euros. Je me concentre désormais sur un album en particulier vendus sur les e-commerces étudiés : Muse – The resistance.

Sur le site de la fnac l’album est téléchargeable pour la somme de 9,99 euros. Acheter le CD sur le site en question revient à 17,99 euros. Soit une économie de l’ordre de 45 %. Alléchant ? Le site marchand nous propose pourtant un lien vers un autre site marchand, proposant lui le même CD pour la somme de 11,25 euros. L’économie du téléchargement ne revient donc plus que à 10%.

Sur le site amazon.fr l’album est lui aussi vendu au prix de 9,99 euros lors d’un téléchargement. Ils vendent la chanson à l’unité au prix de 0,99 euros.  L’album de Muse comporte 11 chansons. Soit si je décide d’acheter séparément toutes les musique je m’en sort au prix de 10,89 euros. Quelle économie entre acheter l’album complet ou les titre séparément ! Pourquoi ne pas pousser l’achat de l’album complet en provoquant une baisse alléchante de son prix par rapports au morceaux séparés (ou comme Apple qui augmente le prix à l’unité) ? Amazon ne nous le dit pas. Étudions désormais le prix du CD physique : le site nous propose l’album à 13,31 euros, ainsi que des liens vers  des CD neufs  ou d’occasions pour des sommes respectives de 7,49 et 6,72 euros. Soit le prix du support physique inférieure à celui du numérique. Une absurdité sans nom lorsque l’on connais les lois de Moore étendu au prix du stockage numérique.  Cette loi stipule d’un point de vue économique que plus on avance dans le temps et plus la prix de stockage numérique diminue. Ainsi pour Amazon par exemple, plus le temps passe et moins il est cher pour elle de stocker de la musique et de la distribuer. Quand le temps tend vers l’infinie, le prix de stockage tend vers zéro. Alors pourquoi vendre plus cher un format numérique qu’un vulgaire CD ? Amazon ne nous livre toujours pas ces secrets.

Histoire de nous démontrer encore une fois la beauté de la libre concurrence et le modèle de l’entente sur les prix, je vous laisse imaginer le prix du support numérique sur le site de VirginMega… Eh oui, 9,99 euros pour l’album entier, 0,99 euros pour la chanson à l’unité. Virgin ne font pas de lien vers l’album en format CD. Je recherche sur le site ViginMega store, recherche un moteur de recherche et ne trouve rien mis à part un lien vers les Magasins vers chez moi. Alors impossible de trouver le prix de l’album en support CD. Nul doute que nous aurions aussi eut des surprises.

Sur l’apple store, l’album disponible également que en version numérique a un coût de 9,99 euros (histoire de changer). Le prix à l’unité est par contre différents. Compter 1,29 euros. Plus cher à l’unité que ces concurrents, Apple est tout de fois plus cohérent, car il vaut mieux télécharger l’album complet que 8 titres sur 11. Pour les autres il valait mieux acheter 10 titres que 11, nous réalisions des économies. 😉

Au niveau des films? TF1 et Virgin propose des films récents pour la somme de 4,99 euros, 48 pour les voir, après on doit repasser à la caisse. Je paie 2,9 à 3 euros ma location au vidéo club en pouvant ripper le film, vais je le télécharger sur ces plateformes ?

Cette micro étude marche à presque tout les coups à ce jour. De plus c’est sans compter sur les formats qui peuvent engendrer des incompatibilités matériels, les DRM et compagnie qui limitent à la fois les logiciels de lectures ou le nombre de fois ou l’on peut visionner ou copier le fichier. Heureusement, certaines plateformes propose de télécharger sans DRM, mais quand on voit les offres actuel en téléchargement légal et payant n’est il pas normal que la population ne s’y précipite pas ? Certains politiques et les lobby de l’industrie culturel de masse crient au scandale et au vol, mais qui est ce qui pille le plus dans cette affaire ? Personnellement, ça me dégoute, et je continuerai à rester dans l’illégalité ou boycotter ces marchés tant qu’ils ne ferrons pas un effort substantiel dans leurs politiques commerciales.

Publicités




Le CSA demande à TF1 de déconseillé Secret Story au moins de 10 ans

10 08 2009

Suite à plusieurs plaintes des téléspectateurs le conseil supérieur de l’audiovisuel demande à TF1 de porter la mention « déconseillé au moins de 10 ans » au programme de Secret Story. Le CSA dit avoir reçut des centaines de plaintes à propos du langage vulgaire, de la nudité (pour ne pas dire nullité) des participant, et de la consommation abusive de diverses drogues (alcool et tabac pour ne citer que les drogues légales). Le CSA demande à TF1 de porter la mention apropriée « lorsque la nature des rapports entre les candidats, les images de nudité et la vulgarité de certains propos le justifient« .  Ainsi nulle doute que cette mention sera apporté tous les jours de la semaine.





Les ménagères françaises boudent TF1

9 06 2009

tf1Alors que le taux d’audience de la première chaine privée de France chute, le groupe de Martin Bouygues a de quoi s’inquiéter. L’audimat de TF1 est passé de 26.3% au mois d’ avril à 25.2% fin Mai. Le temps étant trop court pour mettre cette chute importante sur le dos des chaînes nex-gen de la TNT. Et il n’y a pas que l’audimat qui chute, il suffit de voir les actions du groupe pour comprendre un peu le problème:

action-TF1

C’est son plus bas niveau depuis presque 10 ans.

Bon là je suis d’accord, la chute de l’action n’est pas forcément corrélée avec celle de l’audimat. Mais avec une participation de moins en moins importante des spectateurs (ou des cerveaux disponibles) sur la chaine, il y a quand même un risque pour que TF1 perde des recettes et donc perdre ces exigences de rémunération sur les publicités.

Pourquoi chuter? Outre la crise!

La réponse se trouve peut-être du côté de la ménagère et de l’opinion publique. Le peuple a peut-être pris conscience que son cerveau restait passif devant cette chaine. Après tout, comme le disait Patrick Le Lay, ancien directeur général de TF1, leur but est de vendre du temps de cerveau humain:

 » Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais dans une perspective ”business”, soyons réaliste : à la base, le métier de TF1, c’est d’aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit (…).

Or pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible (…).

Rien n’est plus difficile que d’obtenir cette disponibilité. C’est là que se trouve le changement permanent. Il faut chercher en permanence les programmes qui marchent, suivre les modes, surfer sur les tendances, dans un contexte où l’information s’accélère, se multiplie et se banalise. « 

menagereEt n’oublions pas non plus que les gens ont de plus en plus de doute vis-à-vis des relations privilégiées que Martin entretient avec le minuscule petit Nicolas (Sarko bien sûr). Ces relations engendrent un sentiment d’injustice qui peut peut-être mener à un désintéressement de la chaîne.

nicolas_tf1

Il faut néanmoins dire que TF1 possède encore quelques belles cartes entre ses mains. Outre une magnifique publicité qui passe sur toutes les chaînes qui remercie les fidèles cerveaux qui suivent TF1. TF1 compte également s’en sortir en dévorant peu à peu le groupe AB. La chaine possède déjà 33.5%  de son capital, mais voudrait à terme posséder 100% de la chaine NT1 et 40% de TMC. Ce rachat qui permettrait à TF1 de s’ancrer un peu plus dans la TNT n’est pourtant pas concrétisé. Ils attendent les décisions des sages du CSA. Et bien qu’ils soient nommés par le petit Nicolas, je crois que d’autres chaines (M6, Canal +) veilleront au grain!